Centre Juno Beach | Le Canada et la Deuxième Guerre mondiale


   Formations et armement l Sur terre
English Version | Version imprimable
L’Approvisionnement des armées canadiennes outre-mer

Le Corps royal des magasins militaires de l’Armée canadienne
Le Corps royal d’intendance de l’Armée canadienne
Les Opérations en Méditerranée
Les Opérations en Europe de l’Ouest
Les Corps auxiliaires

Point de distribution de rations, Normandie, 7 août 1944.
Photo par Donald I. Grant. Ministère de la Défense nationale / Archives nationales du Canada, PA-132903.
«  Une armée avance surson estomac. » Cette vérité est généralement prise pour acquis mais pouvoir fournir nourriture, munitions et autres biens essentiels à une armée, au moment où c'est nécessaire et en quantité suffisante, est une condition essentielle de la réussite de n'importe quelle campagne militaire. L'approvisionnement des armées canadiennes sur les théâtres d'opérations pendant la Seconde Guerre mondiale était la responsabilité conjointe de deux unités, le Corps royal des magasins militaires de l'Armée canadienne («  Royal Canadian Ordnance Corps  » ou RCOC), en gros le magasinier de l'armée canadienne, et le Corps royal d'intendance de l'Armée canadienne («  Royal Canadian Army Service Corps  »), qui avait la tâche de transporter et de remettre tout le matériel provenant de l'arrière, par exemple des entrepôts du RCOC, jusqu'aux troupes sur le front. C'était un principe reconnu que pour fonctionner efficacement en temps de guerre ces deux unités devaient être placées sous commandement militaire, car «  le meilleur travail au monde serait inefficace si les services d'approvisionnement et de transport n'étaient pas soumis au même contrôle que celui dont dispose un officier sur ses troupes  » (Arnold Warren, Wait for the Wagon: the Story of the Royal Canadian Army Service Corps, 1961, pp. 3-4).

En outre, plusieurs corps auxiliaires assuraient les services essentiels de communications, de police, de distribution de la poste et d'approvisionnement en bois, pour ne mentionner que ceux là.
À suivre: Le Corps royal des magasins militaires de l’Armée canadienne